lundi 23 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Economie>

L’Algérie, la Russie et le Qatar resteront les principaux fournisseurs pour l’Europe

4 décembre 2010
L'Algérie, la Russie et le Qatar resteront les principaux (...)

La majeur partie du gaz consommé à l’avenir en Europe lui sera fournie par la Russie, l’Algérie et le Qatar, a déclaré avant-hier le ministre russe de l’Energie, Sergueï Chmatko, lors d’une conférence de presse organisée à l’issue d’une rencontre ministérielle du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG).

« La Russie, l’Algérie et le Qatar resteront les principaux fournisseurs de gaz pour l’Europe », a-t-il indiqué, soulignant que la production de gaz schisteux aux Etats-Unis avait pratiquement atteint ses limites et que la Russie « ne prenait pas au sérieux les possibilités de transport de gaz de l’Amérique vers l’Europe. » Le ministre russe a soutenu son homologue algérien Youcef Yousfi, selon lequel de nouveaux projets, dont les gazoducs transsaharien et South Stream, seront très sollicités au cours des prochaines années. D’après M. Chmatko, les participants à la rencontre ont évoqué les questions relatives au transport de gaz dans le monde. « Ces questions deviennent de plus en plus pertinentes […] et nous avons l’obligation d’étudier le domaine du transport de gaz », a-t-il affirmé. « L’un de nos objectifs consiste à garantir la compétitivité du gaz par rapport aux autres matières énergétiques sur le marché mondial », a fait savoir le ministre russe. Selon lui, pour y parvenir, il est nécessaire d’optimiser les itinéraires d’acheminement de gaz, car les coûts de transport influent considérablement sur le prix de cet hydrocarbure. Institué en 2001 à Téhéran, le Forum des pays exportateurs de gaz réunit actuellement 11 pays membres (Algérie, Bolivie, Venezuela, Egypte, Iran, Qatar, Libye, Nigeria, Russie, Trinité-et-Tobago, Guinée-Equatoriale), et trois pays observateurs (Kazakhstan, Pays- Bas, Norvège). La septième rencontre ministérielle du FPEG, dont le siège se trouve à Doha (Qatar), s’est tenue en décembre 2008 à Moscou. L’organisation qualifiée d’« Opep de gaz » s’est dotée d’une structure administrative et d’une charte qui en ont fait une organisation internationale à part entière. Dans leur communiqué final, les ministres ont décidé de tenir le premier sommet du FPEG en 2011, à Doha.

Les prix actuels du gaz inquiètent le FPEG Les ministres ont exprimé, par ailleurs, leur inquiétude concernant les cours actuels du gaz qui « compromettent l’investissement dans de nouveaux gisements et l’infrastructure du gaz », tout en soulignant que les prix devraient refléter une parité avec le pétrole. « J’espère que nous pourrons contrôler les prix du gaz », a déclaré le ministre qatarien de l’Energie, Abdallah Al-Attiyah. « Mais qui peut contrôler les prix du pétrole ou ceux de l’or ? », s’est-il demandé. Les participants ont désigné le ministre égyptien de l’Energie, Sameh Fahmi, nouveau président du FPEG, et convoqué leur prochaine conférence ministérielle le 2 juin à Charm El-Cheikh (Egypte). Ils se sont engagés à coopérer étroitement pour établir un marché du gaz stable et transparent. Mais le ministre russe de l’Energie, Sergei Shmatko, dont le pays est le plus grand producteur avec 30 % des réserves mondiales de gaz naturel, a exprimé son opposition à toute restriction de la production pour augmenter les prix. « Rechercher un prix équitable ne signifie pas mettre en place des quotas de production du gaz naturel », a-t-il affirmé, estimant « plus important de développer des mécanismes de coopération entre les producteurs, les pays de transit et les consommateurs ».

Les prix du gaz sont déterminés soit par des contrats à long terme entre vendeurs et acheteurs, soit sur le marché spot (libre). La demande mondiale a chuté de 2,1 % en 2009 en raison de la crise financière mondiale, selon un rapport du Forum international de l’énergie et de l’Union internationale de l’industrie du gaz pour qui cette industrie nécessiterait des investissements de quelque 7 100 milliards de dollars durant les 25 prochaines années.

Z. M.

Tags: Algérie Qatar Russie Europe Gaz

Source : Le Jeune Independant

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir