mardi 22 août 2017 - vous ici Accueil du site > Economie>

Djezzy : HSBC et neuf cabinets d’expertise retenus

25 novembre 2010
Djezzy : HSBC et neuf cabinets d'expertise retenus

Le siège du ministère des Finances a abrité hier après-midi une séance publique consacrée à l’ouverture des plis consécutive à l’appel d’offres international lancé le 12 octobre dernier par les autorités algériennes pour l’évaluation de l’entreprise de téléphonie mobile Orascom Télécom Algérie (OTA).

Une banque d’affaires britannique, la HSBC, et neuf, cabinets d’expertise ont répondu à cet appel d’offres, dont le tunisien RSM, Rothschild, un groupement américain, Swircorp, Grant Thoronthon, Finacorp, Goetzpartners, Sherarman et Sterling. L’Etat algérien a engagé un processus d’acquisition de l’opérateur de téléphonie Djezzy.

Le choix final ne sera par contre connu qu’à la fin de l’année, a-t-on appris de sources internes. La vente de Djezzy interviendra à l’issue d’un choix de bureau d’études et de la banque devant accompagner le processus. Il est utile de rappeler que l’Etat algérien avait, au lendemain de l’annonce du rachat de Djezzy par Vimpelcom, qu’il ne céderait pas cette filiale d’OTH à moins de 7,8 milliards de dollars.

C’est la ministère des Finances qui avait, en effet, lancé cet avis à l’intention des banques d’affaires et cabinets d’expertise internationaux spécialisés, seuls ou constitués en groupement, pour le choix d’un partenaire devant l’accompagner dans l’opération d’acquisition par l’Etat algérien de la société Orascom Télécom Algérie. L’Etat algérien a affiché sa volonté d’exercer son droit de préemption à hauteur de 100 % et de reprendre à 100 % son capital. Le gouvernement algérien a formulé une offre financière à l’opérateur égyptien.

Le ministre des Finances, Karim Djoudi, avait a l’époque répondu que "le principe est qu’à partir du moment où l’on entre en discussion, chaque partie aura à prendre un conseiller pour pouvoir évaluer la valeur nominale de la société. A partir de ce moment-là, il y aura des débats pour définir la bonne valeur qui fera l’objet de la transaction et la production des documents qui vont contractualiser la relation entre les deux parties", a-t-il expliqué. Le gouvernement algérien s’oppose au projet de transaction entre MTN et Orascom, et s’oppose ainsi à tout transfert total ou partiel de propriété de cette entreprise d’Orascom vers MTN. "Toute transaction concernant donc OTAsera nulle et non avenue et pourrait aboutir au retrait de la licence de téléphonie concédée à cette entreprise de droit algérien", avait averti le ministère.

Mahmoud Tadjer

Tags: Djezzy Orascom Télécom Algérie Mobile Téléphonie mobile

Source : Le Jeune Independant

1 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

1 commentaire

  • Les spécialistes semblent s’intérroger sur la légitimité de certaines offres. De gros doutes existent et des conflits d’intérêts significatifs apparaissent petit à petit. D’après certains sites spécialisés, HSBC aurait conseillé le sud africain MTN pour le rachat d’OTH et finance actuellement OTH. Renaissance Capital a financé Vimpelcom pour le rachat d’OTH et Rothschild aurait déjà déjà impliqué dans une mission de conseil du Gouvernement pour le rachat d’OTA. Reste à savoir comment ces antécédents seront interprétés par l’Etat algérien.

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir