lundi 21 août 2017 - vous ici Accueil du site > Economie>

Réformes économiques

L’UGTA veut un débat sur l’amnistie fiscale

24 août 2011
L'UGTA veut un débat sur l'amnistie fiscale

Tout en relevant l’absence flagrante du contrôle de l’Etat dans les sphères économique et commerciale, l’UGTA estime qu’il est temps de démystifier la question de l’amnistie fiscale en en faisant l’objet d’un débat réel.

La Centrale syndicale a finalisé plusieurs documents relatifs à la situation économique et sociale du pays et ce en prévision de la tripartite qui devrait la réunir avec le gouvernement et le patronat public et privé à la fin du mois de septembre. Entre autres réflexions, celle sur la valorisation et la promotion de la production nationale. L’équipe de Sidi Saïd appelle le gouvernement à bâtir la croissance du pays sur une politique de protectionnisme et le patriotisme économique. Soulignant que « la croissance de notre économie constatée ces dernières années, est surtout le fait de la dépense publique d’investissement », l’UGTA estime que « la valorisation et la promotion de la production nationale doivent être considérées comme un acte patriotique, plus que nécessaire dans la phase actuelle caractérisée par l’agressivité de la mondialisation. » Elle fait remarquer que « les pays nantis n’ont aucun état d’âme à protéger leur production nationale. » Pour les syndicalistes, toutes les politiques économiques du pays doivent converger pour en faire du développement de la production nationale une priorité nationale durable. Une telle démarche a, selon l’UGTA, « des implications directes sur deux aspects primordiaux qui touchent de près la société, à savoir l’emploi et le pouvoir d’achat. » C’est ce qu’elle pense être « la clé de voûte de la stabilité sociale. »

Les syndicalistes appellent alors « à une mise à plat de la politique fiscale dans ses volets impôts sur les revenus, impôts sur les entreprises, TVA, ainsi que les cotisations et les taxes et droits de douanes. » Ceci, disent-ils « afin de les mettre en cohérence avec les objectifs d’encouragement et de promotion de la production nationale, de créations d’emplois et de défense du pouvoir d’achat des citoyens. » Les experts engagés par la Centrale syndicale gardent à l’esprit que « l’amnistie fiscale qui taraude depuis plusieurs années les patrons privés est une question fondamentale qu’il faut trancher un jour ou l’autre. » Mais les esprits des compagnons de Sidi Saïd préfèrent eux, rappeler des réalités crues qui minent le terrain économique et social du pays. Ils estiment que « l’amnistie fiscale qui se veut un mot d’ordre des hommes d’affaires privés a été décidée de facto et ce depuis de longues années ».

« L’informel est bien installé dans notre pays en violation de toutes les lois de la république. N’est-ce pas une amnistie fiscale qui ne dit pas son nom ? » interrogent les responsables de l’UGTA. Il n’est pas difficile pour eux de citer des exemples de commerces illicites auxquels l’Etat a choisi la solution de facilité, celle « de tourner le dos. » El Hamiz, Dubaï, Tidjelabine, Tadjnet, ces places commerciales - des paradis fiscaux- qui échappent à tout contrôle. « Je défie les services financiers de trouver une seule facture ou un document légal, » nous dit l’un des responsables de l’UGTA. Bien qu’à la Maison du peuple, les experts planchent sur les mesures d’encouragement de la production nationale publique et privée « sans distinction aucune », les responsables syndicaux n’hésitent pas à relever « les nombreux manquements de beaucoup de patrons privés à leurs devoirs fiscaux. » Ils se donneront un plaisir pour faire remarquer qu’ « alors que l’emploi manque dans notre pays, il y a des privés qui ont délocalisé leurs usines en Chine. N’est-ce pas malheureux ? » Avec ça, il n’est pas dit, ajoutent nos sources que « les entreprises privées s’acquittent de tous leurs impôts. A des exceptions près, on sait que leurs déclarations fiscales sont bien en deçà de ce qu’elles engrangent comme dividendes. » Le tout se fait, expliquent nos sources « dans une totale indifférence des services de contrôle de l’Etat qui sont désespérément absents dans de nombreuses sphères économique et commerciale du pays. » Les patrons privés qui échappent au fisc, pénalisent lourdement, selon l’UGTA, la collectivité en général et le citoyen en particulier. Les syndicalistes leur reprochent de « quémander régulièrement des programmes d’assainissement aux frais du Trésor public alors qu’il faut d’abord les obliger à s’assainir au plan social et fiscal. » L’absence d’un contrôle financier réel et rigoureux à tous les niveaux économique et social laisse la Centrale syndicale soupirer sur le sort d’un pays « qui fonctionne par miracle. » Elle pense en fait que l’amnistie fiscale doit être « au coeur du débat national sur les réformes économiques. »

Tags: Algérie Syndicat UGTA

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir