mercredi 16 août 2017 - vous ici Accueil du site > Economie>

Des liquidités aspirées par l’informel et les entrepr is es étrangères

La Banque d’Algérie a recours à la planche à billets

19 mars 2011
La Banque d'Algérie a recours à la planche à billets

La Banque centrale a eu recours à la planche à billets pour faire face au manque de liquidités. C’est ce qu’a révélé le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, M. Moussa Benhamadi.

La Banque centrale a été contrainte de recourir au tirage de nouveaux billets pour satisfaire une demande massive au niveau des postes des détenteurs de comptes CCP, avec des répercussions certes négatives sur l’inflation », a-t-il déclaré.

Dans la foulée, le ministre de la Poste et des TIC a livré le fin mot sur le retour subit des vieux billets de banques - souvent en lambeaux ! - constaté ces dernières semaines. Là aussi, c’est pour répondre à la forte demande que la Banque d’Algérie a décidé de les réinjecter. Reste l’explication de cette situation qui, il faut le noter, n’a rien de conjoncturelle.

Selon M. Benhamadi, ce sont les dernières augmentations de salaires des employés des différents corps de la fonction publique et les rappels massifs de salaires qui « sont, en grande partie, responsables de cette situation caractérisée par une forte demande et un manque de liquidités ». Situation aggravée par le fait que les employés « cherchent souvent à retirer la totalité de leur argent des comptes », ce qui contribue, a-t-il dit, à cette situation de manque de liquidités.

Pour les spécialistes, l’explication par la hausse des salaires n’est pas fausse, elle est mécanique. Mais la crise permanente de liquidités ne peut être réductible à l’impact des hausses de salaires qui n’ont pas lieu à chaque mois. De ce point de vue, l’appel à des « retraits d’argent modérés des comptes CCP » paraît quelque peu surréaliste. Même avec les hausses de salaires, les revenus de la majorité des fonctionnaires ne permettent pas de dégager une épargne suffisante à laisser dans le compte. Le fait que la Poste soit constamment sous pression n’est pas le fait de ceux qui ont des hauts salaires mais bien de la grande masse des fonctionnaires qui ont besoin de tout leur salaire mensuel dont une partie a déjà été consommée d’avance. Le ministre a cependant raison de qualifier de « mensongères » les informations qui imputent ces difficultés à des retraits massifs qui auraient été effectués par « certains  » hommes d’affaires. Qui peut en effet croire que pour avoir d’importantes sommes en liquide, les hommes d’affaires auraient besoin d’aller à la banque ?

DES BESOINS ASTRONOMIQUES EN PAPIER-MONNAIE

En réalité, et ce n’est pas un mystère, le problème majeur est que les transactions se règlent en liquide. La caricature du sac-poubelle, noir de préférence, bourré de billets n’est malheureusement pas un cliché. « Il y a une tension permanente sur les billets en circulation vu que le circuit des règlements est dé-bancarisé. Les paiements se faisant de la main à la main, on a donc besoin de papier-monnaie en quantité astronomique ». Les dernières mesures d’urgence annoncées le 3 février dernier en Conseil des ministres ne sont pas de nature à réduire le caractère fortement liquide de l’économie algérienne. Le gouvernement a en effet renoncé à l’obligation du recours au paiement par chèque pour les montants égaux ou supérieurs à 500.000 DA et à la généralisation de la facturation à toutes les transactions commerciales.

Le secteur informel, notion très vaste, pourra ainsi continuer, en « paix », à drainer les liquidités. Rien ne vient donc stopper la forte expansion de la masse monétaire nécessaire à des transactions qui évitent les circuits bancaires. Certains estiment que l’informel représente au moins 40% de l’économie algérienne. Le caractère fortement liquide de l’économie traduit un état de sousdéveloppement de l’économie algérienne. Les transactions en liquide ne sont pas seulement de l’informel commercial, gros ou petit, dont les contours sont assez connus. Des spécialistes affirment que des entreprises étrangères du secteur pétrolier qui ont des dépenses en dinars font du change parallèle. « Les entreprises ont des dépenses en dinars et plutôt de que de faire le change officiel elles recourent au marché noir pour payer toutes les dépenses en dinars ».

Et l’on présume que ce recours au marché parallèle a encore augmenté avec les grosses dépenses d’infrastructures dont la réalisation a été prise en charge par les entreprises étrangères. Théoriquement, on peut facilement savoir d’où viennent les dinars pour les entreprises. Cela suppose une administration performante qui applique les lois et surveille les flux.

Salem Ferdi

Tags: Devises Banque d’Algérie

Source : Le Quotidien d'Oran

1 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

1 commentaire

  • La seule solution envisageable pour affronter ce fléaux de manque de liquidités qui persiste en Algérie, c’est de faire recourt à la mise en place de carte de crédit et éduqué la population "commerçants et consommateurs" a ce mode de paiement qui existe déjà depuis belle lurette ailleurs !!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir