dimanche 20 août 2017 - vous ici Accueil du site > Economie>

Révélation WikiLeaks

Algérie : Anadarko sur le sentier de la guerre contre Sonatrach

12 mars 2011
Algérie : Anadarko sur le sentier de la guerre contre (...)

Des câbles diplomatiques révélés par WikiLeaks indiquent qu’Anadarko envisage l’option de faire saisir les avoirs de Sonatrach à l’étranger dans le cas où elle refuserait d’exécuter un arbitrage en sa défaveur

. En toile de fond du litige, la taxe sur les superprofits entrée en vigueur en janvier 2007, qui a suscité le courroux des entreprises étrangères. Le groupe américain Anadarko a envisagé l’option de faire saisir des actifs de Sonatrach à l’étranger dans le cas où l’entreprise algérienne refuserait d’obtempérer à un jugement en sa faveur du tribunal d’arbitrage de Paris. Celui-ci doit tenir une séance arbitrale en juin 2011 sur le litige qui oppose Sonatrach à Anadarko au sujet de la taxe sur les profits exceptionnels.

Le groupe américain s’attend, en cas de victoire au procès, d’engranger 3 milliards de dollars. Ce litige est lié à l’introduction, en 2006, d’une taxe sur les superprofits réalisés par les compagnies pétrolières étrangères. La mesure, décidée dans un contexte de forte hausse des prix, est entrée en vigueur en janvier 2007. Elle taxe les superprofits réalisés par les compagnies à des taux variant, selon la nature des contrats, entre 5 et 50% lorsque le prix du baril dépasse 30 dollars. La taxe sur les superprofits a couté 193 millions de dollars à Anadarko en 2010 et violerait, selon le Financial Times, le contrat signé avec Sonatrach en 1989. Pour Anadarko, le contrat de partenariat conclu avec Sonatrach lui donnait l’assurance d’une stabilité fiscale et il revient à l’entreprise algérienne de payer la nouvelle taxe introduite par le législateur algérien. Une procédure de conciliation n’ayant pas abouti, le groupe américain a engagé, début 2009, une procédure d’arbitrage.

Une démarche normale prévue dans le contrat qui lie les deux parties. Mais la nouveauté est qu’Anadarko, qui semble certain de gagner son affaire, envisagerait, selon des télégrammes WikiLeaks, dont le Financial Times semble avoir l’exclusivité, de faire saisir les actifs de Sonatrach à l’étranger au cas où l’entreprise algérienne refuserait de payer. Selon ces télégrammes qui datent de février 2010, le PDG d’Anadarko Algeria, Dick Holmes, a déclaré à des diplomates qu’il était certain d’obtenir gain de cause au niveau de l’arbitrage. Nos avocats, a indiqué Dick Holmes, ont la certitude que la décision de l’arbitrage sera appliquée. « Si ce n’est en Algérie, elle le sera à l’étranger à travers la saisie des biens que détient Sonatrach à l’étranger  ». L’ambassadeur américain en Algérie David Pierce a déclaré que si « Sonatrach perd l’affaire, nous croyons qu’il est improbable qu’elle paye. Anadarko devrait alors envisager d’agir pour saisir les actifs de Sonatrach à l’étranger ». Un autre câble de 2010 laisse entendre qu’Anadarko pourrait faire l’objet d’une nationalisation qui couvrirait les sommes nécessaires pour payer la compagnie américaine en cas d’un jugement en défaveur de Sonatrach.

PAS D’AVENIR EN ALGÉRIE ?

Dans un télégramme de 2007, un diplomate indique que Holmes a déclaré qu’au sein du haut management au siège d’Anadarko, on pose « calmement » la question de savoir si la « compagnie a un avenir en Algérie ». Le journal britannique affirme qu’Anadarko envisage sérieusement de quitter l’Algérie où, du fait de la taxe sur les superprofits, la valeur de ses actifs aurait chuté de 10 milliards à 2 milliards de dollars. Face à ces révélations contenues dans les télégrammes de diplomates américains – théoriquement non destinés à devenir publics – Anadarko a choisi de communiquer au minimum. « Nous pensons que nous avons de bonnes solutions contractuelles sur place.

Nous poursuivons l’arbitrage qui est le lieu approprié. Nous croyons que Sonatrach honorera ses engagements contractuels. ». Le danois Moller-Maersk, un des partenaires d’Anadarko, a indiqué qu’il a engagé sa propre procédure d’arbitrage. Anadarko, engagé dans d’importants blocs avec Sonatrach, déclare continuer à « faire des investissements importants en Algérie, à la fois dans nos domaines de production et aussi dans le développement continu du projet El Merk, ». Le journal londonien cite néanmoins un spécialiste du secteur de l’énergie qui affirme qu’Anadarko va bientôt vendre ses actifs en Algérie. « Je pense qu’ils vont mener à terme le projet El Merk avant de le vendre ».

M. Saâdoune

Tags: Algérie Sonatrach

Source : Le Quotidien d'Oran

3 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

3 commentaires

  • le pays est deja vendu est le peuple repete inchalah ca va s’amelioré, croyer au Dieu lui qui va regler les probleme de l’algerie. reposez vous Boutef et les generaux.

    Répondre à ce message

  • Algérie : Anadarko sur le sentier de la guerre contre Sonatrach par Dr. Cherif Ghalizani 12 mars 2011 15:03

    Voici les résultats de la gestion du pays par le President Boutefika et de son équipe de neo libéraux qui ont bradé les ressources naturelles du pays ainsi que les sociétés nationales offertes en cadeau aux etrangers qui font du chantage a l Algerie sans oublier Djezzi. Également oublions AcelorMittal une industrie sidérurgique offerte aux etrangers. Un crime contre le peuple algerien et la trahison de la révolution algerienne...Nous allons assister a encore plus de problèmes crées par Chakib Khelil et actuellement par son successeur Youcef Yousfi...One, two three...Viva l Algerie...Une honte..Tous les membres du gouvernment temoignent mais font le silence et la sourde oreille, sur ce rapt de l Algerie…gouvernment elu par le peuple pour defendre les interets du peuple…ou leurs propres interets personnels…. ???

    Répondre à ce message

  • Toutes ces entreprises qui font des profils sur les peuples émergeants sans état d’âme, il y en marre ... Ils n’arrêtent pas d’engrenger des sommes indécentes, astronomiques aux oreilles des pauvres gens. C’est vrai que faire de ce petit ; il est là juste pour trimer.
    Point de considération pour ces êtres qui n’ont pas eu la chance dans ce bas monde.
    Certains pays émergeants n’ont pas encore acquis la capacité d’une bonne et véritable négociation à court, moyen et long terme....Le monde d’aujourd’hui évolue à grande vitesse, l’avenir nous le confirmera davantage.
    Alors Messieurs les négociateurs de ces pays émergeants voyez loin toujours plus loin. Bien des désagréments seront ainsi évités pour les avantages de chacun et l’équilibre de tous .......

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir