jeudi 14 décembre 2017 - vous ici Accueil du site > Economie>

Banque mondiale

L’Algérie a besoin d’un nouveau modèle de croissance

15 février 2011
L'Algérie a besoin d'un nouveau modèle de croissance

L’Algérie est désormais à un tournant dans son développement économique, selon la Banque mondiale. Certes, le pays a réalisé, ces dernières années, d’importants progrès économiques, mais l’économie nationale reste, cependant, excessivement dépendante de la volatilité des prix du baril sur les marchés internationaux.

L’urgence est, selon la BM, pour le lancement d’une stratégie nationale pour la diversification de l’économie, l’amélioration de la productivité et la forte création d’emplois reposant sur un nouveau modèle de croissance des secteurs hors hydrocarbures.

La Banque mondiale va accompagner notre pays pour la concrétisation de ces objectifs économiques prioritaires au travers de prestations de conseil et d’appui ciblées dans certains secteurs et institutions publics. Un nouveau cadre de coopération entre l’Algérie et la BM va être mis en place sur la période 2011- 2014 dans l’objectif de diversifier l’économie et stimuler la création d’emplois. Le dispositif intitulé « Cadre de Partenariat Stratégique » (CPS) a été endossé vendredi dernier à Washington par le conseil d’administration de la BM. Le programme d’actions pour la mise en oeuvre de ce partenariat est aligné sur les priorités du gouvernement algérien qui en a validé les grandes lignes et les objectifs prioritaires.

Suite à la décision de l’Algérie, en 2004, de réduire sa dette extérieure et de ne pas recourir à des financements extérieurs pour les projets d’investissements, le portefeuille des projets avec la Banque mondiale s’est fortement réduit. Dans le cadre de ce nouveau partenariat, l’intervention de la BM visera principalement à renforcer les capacités institutionnelles afin de soutenir l’objectif primordial du gouvernement de stimuler la création d’emplois par le biais d’une croissance durable et équilibrée basée sur une diversification économique.

Le CPS « répond au choix stratégique d’un pays à revenu intermédiaire nonemprunteur, mais qui souhaite maintenir un partenariat avec la Banque mondiale, reposant sur des activités de conseil et de transfert de connaissances  », explique l’institution de Bretton Woods. Le CPS s’articulera ainsi autour de trois axes stratégiques  : le renforcement de la croissance par la diversification de l’économie, la promotion d’un développement durable et la réduction des disparités régionales ainsi que le renforcement des institutions de planification économique, de suivi et d’évaluation et de décision. Pour le renforcement de la croissance, il s’agira, notamment, de soutenir la mise en oeuvre de la stratégie du développement agricole et rural, améliorer le climat d’investissement, en particulier pour les PME, et moderniser le secteur financier. Pour l’amélioration de l’environnement des entreprises et le renforcement de diversification de l’économie, il consistera, notamment, à appuyer le plan d’action portant sur une stratégie industrielle centrée autour du développement de zones industrielles spécialisées, des programmes d’assistance technique et des fonds d’investissement publics aux PME (...). L’appui de la BM consistera, dans une première phase, en l’assistance technique relative à la simplification des exigences réglementaires dans des domaines clés de l’environnement de l’entreprise et à opérer un diagnostic des mécanismes de promotion des exportations existantes (Algex notamment).

Quant au deuxième axe, il consistera à apporter un soutien technique aux initiatives du gouvernement visant à réduire les disparités régionales et d’assurer une croissance équilibrée à travers le pays, tels que le développement de pôles de compétitivité dans l’agro-industrie et d’autres secteurs, et à mettre en oeuvre des initiatives de protection de l’environnement. Le dernier axe du programme reposera, notamment, sur un appui technique pour renforcer la planification, la capacité de suivi et d’évaluation des différents secteurs, pour améliorer les capacités dans le domaine respectivement des statistiques et des évaluations d’impact des interventions publiques. Pour la BM, ce programme représente un « partenariat innovateur et stratégique » avec un pays à revenu intermédiaire, centré principalement sur l’assistance technique où aucune opération de prêt n’est prévue, et ce, en phase avec la politique actuelle du gouvernement de ne pas engager d’emprunts extérieurs.

S. M.

Tags: Algérie Economie Hydrocarbure Croissance

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir