vendredi 20 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Economie>

Manque de liquidités : Les explications d’Algérie Poste

25 janvier 2011
Manque de liquidités : Les explications d'Algérie (...)

Même si des perturbations sont souvent signalées au niveau des bureaux de poste pour manque de liquidités, M.Yerou, le premier responsable d’Algérie Poste au niveau de la wilaya d’Oran, a tenu à assurer que ces contretemps ne s’expliquent pas par un manque de liquidités,

mais par des retards dans l’acheminement quotidien et 6 jours sur 7 des importantes sommes d’argent vers les 108 bureaux de poste de la wilaya. Les responsables de cette opération sont souvent contraints de prendre des mesures de précaution en changeant l’itinéraire pour mieux sécuriser le convoyage des fonds. Le même responsable précise, d’autre part, qu’excepté les premières heures après l’ouverture des guichets, les 108 bureaux de poste disposent de liquidités suffisantes pour faire face à la demande des usagers de la wilaya, ainsi que d’autres en provenance des wilayas limitrophes. Ce phénomène a été maintes fois observé notamment durant les périodes de fêtes. Concernant l’approvisionnement d’Algérie Poste par la Banque d’Algérie, notre interlocuteur a affirmé que cet établissement répond favorablement à toutes les demandes quotidiennes formulées.

Sur le terrain, hier et contrairement au début de la semaine, la situation s’est nettement améliorée et dans plusieurs bureaux de poste, même s’il y avait de longues chaînes, aucun usager n’a été pénalisé et a pu retirer son argent, quoique certains déplorent le fait que les retraits sont limités à 20.000 dinars lorsque la demande est grande, et parfois à 25.000 dinars lorsque la demande est relativement moins importante. En situation normale, le retrait peut dépasser les 100.000 dinars. Dimanche dernier, cependant, les usagers du CCP n’ont pu percevoir leurs salaires et leurs pensions en se présentant au niveau des différents bureaux de poste en raison d’un manque de liquidités. C’est le cas du personnel de la santé publique dont un concerné affirme qu’après avoir fait le tour des bureaux de poste de la ville d’Oran, il a dû se déplacer jusqu’à certaines localités avoisinantes et là encore, les tiroirs étaient vides.

Le versement des salaires de plusieurs corps de la fonction publique coïncide ce mois de janvier avec celui des pensions et autres pensions de retraites et du coup, les agences postales ont été prises de court. Ainsi, avant même l’ouverture des bureaux de poste, deux longues chaînes, femmes et hommes, étaient constituées comme c’est le cas à Oussama ou Houha. Les Ccpistes affirment qu’après l’ouverture des guichets et après pas plus d’une vingtaine qui ont pu être réglés, les autres ne l’ont pas été alors que les virements ont été bel et bien effectués comme le confirme la demande d’avoir. L’engouement au niveau des bureaux de poste, souvent exigus, s’explique également par le fait que certaines catégories de pensionnaires qui avaient l’habitude de recevoir leur argent à domicile, se dirigent mensuellement dans ces structures.

Cette mesure, rappelons-le, a été prise après que certains distributeurs de courrier ont été agressés et détestés de l’argent et aussi après avoir observé certains actes de détournement d’argent par des facteurs. Dans ce contexte, même si cette question n’a pas été exposée clairement, il n’en demeure pas moins que certains retraités ont été victimes d’agissements néfastes d’agents véreux.

Tags: Algérie Poste

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir