samedi 21 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Economie>

En janvier

Algérie : Une rencontre entre le gouvernement et le groupe Renault

6 janvier 2011
Algérie : Une rencontre entre le gouvernement et le (...)

Les négociations entre le gouvernement algérien et le groupe Renault semblent débuter d’une façon prometteuse. Une rencontre est, d’ailleurs, prévue à la mi-janvier pour étudier le dossier de cette négociation.

Selon le journal les Echos qui rapporte l’information, il s’agit bel et bien d’une piste qui placerait le constructeur français dans une perspective de réaliser une usine de production de véhicules d’une capacité de production de 75.000 unités par an. Un responsable de la communication de Renault Algérie a confirmé, à l’agence de presse officielle APS, « les discussions entre le gouvernement concernant l’éventualité de produire localement des véhicules », estimant que « Renault développe particulièrement ses ventes dans les pays à forte croissance ». Aussi le journal indique-t-il que parmi la gamme retenue pour le futur projet d’implantation en Algérie, figure la Logan, la Sandero et la Symbol en plus de la Clio sous la version tricorps. Cette liste n’a pas été définitivement arrêtée d’autant que les négociations entre les deux parties vont probablement régler les détails à ce niveau.

Il faut rappeler que lundi dernier, le ministre de l’Industrie Mohamed Benmeradi avait déclaré que « Renault a examiné avec beaucoup plus d’intérêt les attentes de la partie algérienne. Nous attendons effectivement de l’investissement, mais pas seulement pour monter une usine de montage de véhicules « Renault ne cherchait qu’à réaliser une usine de montage de 50.000 véhicules, une proposition qui avait été rejetée par les autorités.

Aujourd’hui « un partenariat d’égal à égal » est l’autre condition sur laquelle a insisté le ministre sur un ton optimiste. M. Benmeradi a fait savoir que le projet de Renault est conditionné par un taux progressif d’intégration technologique qui pourra démarrer à 46 % pour évoluer bien ensuite. D’autre part, le comité de suivi pour la négociation avec le groupe français sera étoffé par la présence de représentants du ministère de l’Industrie, les professionnels de la filière mécanique et les sous-traitants dans l’industrie automobile.

Renault qui a accepté les conditions du gouvernement algérien veut saisir l’opportunité pour accélérer son investissement sachant qu’un constructeur allemand est également intéressé par un projet d’implantation en Algérie. Rappelons également que le site choisi à Rouiba au niveau de l’ancienne usine de Berliet tout près de la SNVI conviendrait au mieux pour le démarrage de l’usine dont il est attendu une commercialisation des produits à partir de 2012.

Politiquement, le dossier de Renault a été dépoussiéré après des valses-hésitations de la part du constructeur français depuis des années et la visite de Raffarin en novembre dernier qui avait plaidé en faveur de ce projet. La partie algérienne est assurée maintenant d’avoir des atouts pour une bonne négociation sur ce dossier.

F. Abdelghani

Tags: Algérie Renault Algérie Investissement industrie

Source : El-annabi.com

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir