mercredi 23 août 2017 - vous ici Accueil du site > Economie>

Le projet d’usine à Rouïba se négocie toujours

Algérie : Renault veut des garanties

25 décembre 2010
Algérie : Renault veut des garanties

Entre le gouvernement algérien et le constructeur automobile français Renault, les discussions en vue de l’implantation d’une usine en Algérie sont « toujours en cours ».

C’est le ministre de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement, M. Mohamed Benmeradi, qui l’a confirmé jeudi dernier dans une déclaration à l’Aps en marge d’une séance de questions orales au Conseil de la Nation. « Nous sommes au stade d’échanges d’informations », a indiqué M.Benmeradi qui a été désigné par le gouvernement algérien l’interlocuteur de M. Jean-Pierre Raffarin chargé par le président français d’une mission sur les moyens d’améliorer les relations économiques entre les deux pays. La venue, le 24 octobre dernier de M. Raffarin à Alger, a été l’occasion de la confirmation que le projet d’usine Renault à Rouïba, dans le cadre d’une coentreprise avec SNVI, était à nouveau sur la table alors qu’il avait été pratiquement abandonné. Les deux parties doivent se rencontrer à la mi-janvier 2011. « C’est un dossier qui est à l’étude. Renault est en train de préparer des dossiers pour répondre à un certain nombre de nos interrogations  », a indiqué Benmeradi.

Les premières discussions ont buté sur certaines exigences de Renault difficilement acceptables pour le gouvernement algérien comme le rétablissement du crédit automobile banni par la LFC 2009. Renault demandait également de conserver l’exclusivité de la vente des automobiles produites dans la future usine. Une exigence qui aurait privé la SNVI, partenaire probable, d’une opportunité de relancer son réseau de commercialisation réduit depuis des années à l’état végétatif. Les déclarations de M. Benmeradi montrent que la partie algérienne persiste à exiger qu’on aille au-delà du simple montage et veut que le constructeur français s’implique également au plan financier.

ALLER AU-DELÀ DU MONTAGE

« Nous exigeons à ce que le projet ne soit pas uniquement une usine de montage mais une véritable usine de fabrication de véhicules avec un taux d’intégration progressif permettant à la sous-traitance algérienne de participer au projet (…) « Nous exigeons également du partenaire étranger de s’engager avec nous financièrement dans l’investissement, et qu’il n’apporte pas uniquement sa marque et son label. Nous voulons qu’il s’implique ». Le gouvernement veut transformer la forte demande du marché algérien pour lancer une industrie automobile en Algérie et favoriser le développement de la soustraitance.

Le but étant de parvenir à un niveau d’intégration honorable. Il a, d’autorité, interdit des projets d’usines de montage envisagés par des privés algériens avec des Chinois car ne répondant pas à cette exigence d’intégration. Le but est de commencer par une usine de montage et de parvenir, quatre ans plus tard, à un taux d’intégration de 40%. « Si les négociations aboutissent, l’usine sera implantée sur les sites de la SNVI », selon le ministre qui a indiqué que Renault s’est proposé de « livrer ses véhicules au marché algérien d’ici à 2012 ».

SUPPRESSION DE L’IMPORTATION DE VÉHICULES !

Le plus intéressant cependant est l’évolution de la position de Renault qui conditionne l’implantation d’une usine à une politique protectionniste de l’Algérie. Le constructeur français, a indiqué M.Benmeradi, a des exigences qui « ont trait notamment à la protection du marché national de l’automobile et à la suppression de l’importation de véhicules ». Selon M. Benmeradi, les Français exigent « un certain nombre de garanties que nous ne pouvons pas leur donner, des garanties de protection du marché et qu’il n’y ait plus d’importation de véhicules, etc. Ce sont là les questions sur lesquelles nous travaillons  ». Il s’agit clairement pour Renault de s’assurer, par une politique « anti-import », d’une plus grande part de marché et de l’assurance d’écouler sa production qui devrait se situer aux alentours de 75.000 voitures par an pour trois ou quatre modèles.

Salem Ferdi

Tags: Algérie Renault Algérie Emploi Véhicules

Source : Le Quotidien d'Oran

2 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

2 commentaires

  • Algérie : Renault veut des garanties 25 décembre 2010 09:31

    Que dirais Renault si l"algerie adopte la meme politique dimportation de vehicules que la france, tour vehicule vendu en europe peut circuler en Algerie . Ils veulent le beurre , l’argent du beurre et plus encore.
    notre gouvernemnt devrait faire un appel d’offres international pour un partenariat gangnant/gangnant dans le cadre des lois actuelles, on verras alors si les france ont la mondre chance ( delais, qualit prix etc etc) d’acceder au marcher algerien.
    Basta notre suivisme aveugle vis vis des francais.

    Répondre à ce message

  • Algérie : Renault veut des garanties par lyes 25 décembre 2010 14:35

    Encore un nouveau prétexte pour ne pas s’implanter ! Mais ont-ils exiger de l’ensemble des pays dans lesquels ils sont actuellement implantés ? Pas du tout ! Par contre, une idée serait d’interdire l’importation de tout véhicule Renault le plus rapidemment possible et contrainte par le contrôle technique la mise en arrêt de tout véhicule de Marque Renault ( pour éviter d’alimenter le marché de pièces détachées) .... On verra alors si le marché algérien est si peu important pour Renault !!!!!

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir